Bienvenue !
 

 Alain Steck.

 Présentation et principales expositions:

 Après une formation aux écoles des Beaux-Arts de Beaune et Mâcon,
 je pratique la peinture tout en occupant divers emplois alimentaires.

A partir des années 90, disposant d'un grand atelier à Dijon, je me consacre pleinement à mon art; j'ouvre également un cours de dessin et peinture pour adultes.

J'expérimente différentes expressions picturales: figuratives avec une série de portraits et de citations
("Les Fantômes"), abstraites et minimales avec une série de très grands formats (" No lands").
Expositions:  2000: Musée de Préhistoire De Solutré (Saône-et-Loire) 
                    2003: Chapelle de l'Hopital de Sevrey   ---------------    



Je reviens à la figuration et consacre plusieurs années (2008/2015) à un travail sur les images urbaines de Paris, toujours en grand format.
Expositions:  2013: Château de Brognon (Côte-d'or) 
                    2015: Mairie du 8ème arrondissement de Paris  


Voyages en Inde (2012/2013) pour la réalisation d'un projet artistique avec les enfants des rues de Bombay.
En résonance à cette expérience, je réalise une série de peintures sur les paysages de l'Inde.
Expositions:  2012: Galerie Max Mueller Bhavan ( Bombay, Inde) avec le collectif H222.  
                    2014: " La Minoterie " (Dijon)


Puis je travaille à partir des images de cinéma, inspiré par l'oeuvre d'Andreï Tarkovski et de quelques autres cinéastes.
Expositions:  2018: " La Grange à foin" (Dole, Jura)
                    2019: Biennale de Besançon (Doubs)


Une nouvelle série  à partir de photographies en noir et blanc: " l'album de famille ".

Reprise et continuation du travail sur les images du cinéma russe; série en cours.

Chacune de ces séries est susceptible d'être reprise, continuée, augmentée au travers d'un langage pictural qui évolue et se transforme.

 

"La peinture d'Alain Steck explore les traces de perte de substance d'un monde réel photographié en un instant donné, en un lieu donné; ces traces qui nous échapperaient si justement la peinture n'arrêtait pas notre regard alors retenu et affecté. Un travail pictural en vue de sa définition et de son émergence le transforme en apparition.

(Commentaire de M. Dumont, professeur agrégée d'Arts-Plastiques, Dijon 2016)